MO.CO. Panacée

14 rue de l'École de Pharmacie, Montpellier

Été 2021

[Male Gaze. Conceptualisé dans le domaine cinématographique par la théoricienne féministe Laura Mulvey dans son essai « Visual Pleasure and Narrative Cinema » (« Plaisir visuel et cinéma narratif»), publié en 1975, le male-gaze rend compte de la domination masculine sur les femmes à travers une représentation stéréotypée des sexes dans le cinéma hollywoodien. Lié aux notions de voyeurisme, de scopophilie et de narcissisme, le regard masculin porté sur les personnages féminins est empreint d’érotisme et les transforme en objets de désir passifs et déshumanisés - à la fois pour les personnages masculins dans la fiction, mais aussi pour l’homme spectateur. La femme n’est qu’un spectacle esthétique, une délectation visuelle, alors que l’homme incarne le récit et l’action. La notion de male gaze s'est largement étendue à l'art et à la culture en général, pour désigner l'objectification des femmes ; ainsi, dans le domaine artistique c'est encore le regard de l'homme qui prédomine sur les femmes, leur corps et leur représentation.]

Marilyn Minter

Pour sa première exposition dans une institution française, Marilyn Minter présente la vidéo Green Pink Caviar (2009) et une dizaine de peintures monumentales, certaines créées pour l’occasion.

Pour ses portraits quasi-oniriques de femmes dénudées, Minter s’inspire de la représentation classique de la « baigneuse » - la femme à sa toilette – qui traverse l’histoire de l’art occidental au moins depuis la Grèce ancienne jusqu’à l’impressionnisme. Elle en propose une version contemporaine : la femme sous la douche.

Ses oeuvres contrent le regard voyeuriste masculin. Elles reprennent possession de la représentation du corps féminin en maintenant une tension entre figuration et abstraction.

En contrepoint à ce regard critique sur l’histoire de l’art et de l’image de la femme, le vocabulaire formel de l’artiste fait irruption dans l’espace public. Activiste et féministe engagée, l’artiste crée des éditions et des vidéos pour défendre les droits civiques, en particulier le droit à l’avortement et le droit des femmes à disposer de leurs corps.

 

Les commissaires

Vincent Honoré, Directeur des expositions, Anya Harrison, Curator et Rahmouna Boutayeb, Chargée de projets, assistés de Justine Vic​.