15h
MO.CO. Hôtel des collections
Sur réservation

Un moment partagé en extérieur pour découvrir le Jardin des cinq continents de Bertrand Lavier.
Enfants à partir de 6 ans
Sur inscription à reservation@moco.art.

17h30
MO.CO. Hôtel des collections
Sur réservation

Le MO.CO. propose une visite découverte traduite en LSF de l’Hôtel des collections et de l’exposition Mecarõ.
Sur inscription à reservation@moco.art

14h
MO.CO. Hôtel des collections
Sur réservation

Visite de l’Hôtel des collections (réhabilitation en centre d’art, œuvres in situ et parcours dans l’exposition).
Sur inscription à reservation@moco.art

11h
MO.CO. Hôtel des collections
Sur réservation

Une découverte sensible de l’exposition Mecarõ par les odeurs.
Enfants à partir de 6 ans.
Sur inscription à reservation@moco.art.

Affiche officielle
De 16h à 22h
MO.CO. Panacée, 14 rue de l'Ecole de Pharmacie, Montpellier
Accès libre

Déviance, performance, résistance.

L’exposition Possédé·e·s rassemble plus de 25 artistes internationaux. Elle explore le rapport entre l’ésotérisme et l’art contemporain. En particulier, comment les corps exclus (les corps genrés, racisés, politisés) se réapproprient les identités féministes, queers ou décoloniales dans la nuit de l’occulte.

Au programme : 

- Performance Cosmic Soup de Chloé Viton
- Performance Champ d’échange d’âme de Nicolas Aguirre

PEREZ par Yann Stofer
De 22h à 23h
Halle Tropisme
Sur réservation

Dans le cadre de l’ouverture de l’exposition Possédé·e·s au MO.CO. Panacée (26 septembre 2020 – 3 janvier 2021), PEREZ vient présenter son dernier album solo, SUREX.

Compositeur et musicien, adepte d’une pop retorse et onirique, PEREZ sort son troisième album solo SUREX en 2020. Il a composé également pour des lieux comme le Palais de Tokyo, le FRAC Île-de-France, la villa Noailles ou le Musée d’Ethnographie de Genève. Il collabore régulièrement dans le champ des arts plastiques avec des artistes tels que Dominique Gonzalez-Foerster, Saâdane Afif, Benoît Maire ou encore Flora Moscovici.

Entrée gratuite sur réservation obligatoire à reservation@moco.art dans la mesure des places disponibles. Merci d’arriver 15-20 minutes avant le début du concert. L’organisateur se réserve le droit de distribuer les places non-récupérées 10 minutes avant le concert.
Selon les règles sanitaires actuelles, le concert se déroulera assis, masque indispensable.

 

De 17h à 22h
MO.CO. Esba
Accès libre

"Requiem pour un centaure" est une exposition marquée par le désir d’être ensemble. Elle rassemble 18 jeunes artistes candidat·e·s au diplôme de DNSEP dans le cadre d’un projet collectif. Ils et elles ont décidé d’occuper leur école et de rebattre les cartes des règles et des logiques d’espace pour présenter une exposition conçue selon leurs propres termes. Elle se nourrit des conversations menées tout au long de l’année sur les rapports d’autorité, l’importance du plaisir, et les espaces où réagir et écouter. C’est une invitation au partage, et à la célébration d’un passage, qui dérange les traditions pour affirmer une capacité à s’unir en temps de crise, avec sensibilité, dans la collaboration.

Le titre est emprunté à un poème* d’Adrienne Rich, autrice, enseignante et théoricienne féministe américaine majeure dont l’œuvre toute entière est invoquée comme l’incarnation d’une pratique artistique ancré intime et investie dans un dialogue avec autrui pour investir le monde.

A partir de 15h
MO.CO. Panacée - Auditorium
Accès libre

Échanges avec les artistes présents de l'exposition Possédé.e.s

15h : Apolonia Sokol

16h : Raphaël Barontini

17h : Nils Alix-Tabeling

Gratuit – Dans la limite des places disponibles. Port du masque obligatoire.

Gaëlle Choisne, "Abandance", 2020
A 18h30
Site archéologique Lattara - Musée Henri Prades, 390 Route de Pérols, 34970 Lattes
Accès libre

Invitée par le site archéologique Lattara- Musée Henri Prades et MO.CO. Montpellier Contemporain, Gaëlle Choisne propose l’exposition Défixion, terme qui désigne une antique pratique d’envoûtement.

L’exposition, qui réunira des œuvres récentes ou inédites en dialogue avec la collection du musée, rend hommage aux gestes de la fouille ou de la restauration d’objets. A travers le décalage et l’anachronisme, Gaëlle Choisne invente l’archéologie du futur.